On a testé pour vous le Festival des traversées Tatihou !

Chaque année en août, Saint-Vaast-La-Hougue vit au rythme d’un festival pas banal mais devenu incontournable « Les Traversées Tatihou ».

Vous le savez, Tatihou est une petite île située au large de Saint-Vaast-La-Hougue. Elle est accessible une grande partie de l’année à bord des bateaux amphibies qui ont la particularité de rouler à marée basse. Mais pendant le festival, ce n’est pas à bord d’un bateau que le public rejoint l’île mais c’est bien à pied ! Une fois la mer retirée, des centaines de festivaliers enfilent leurs bottes ou sandalettes (à chacun sa technique 🙂 ) pour parcourir les 2 km qui séparent l’île du continent.

Aujourd’hui ON a testé pour vous (et bien oui ON), nous sommes 3 et avons vécu 3 moments différents du festival… on vous raconte ?

PicMonkey Collage

Anne-Françoise > La nuit de bals, samedi 9 août sur l’île

J’ai testé pour vous la nuit de bals à Tatihou pour la première fois et c’était vraiment génial !!! Je ne suis pas une habituée des bals folks mais là je dois dire que j’aurais bien continué jusqu’au bout de la nuit (même si l’on a dansé une bonne partie de la nuit le temps que la mer se retire 🙂 ). Tout commence par la traversée à pied de Saint-Vaast-la-Hougue à Tatihou à marée basse et là on déconnecte déjà du quotidien. Puis en attendant l’ouverture de la nuit de bals, on a pique-niqué sur l’île face à la mer qui commençait à nous encercler. Il faisait beau et le soleil couchant sur la Tour Vauban nous a émerveillé. Le temps est passé vite et nous avons rejoint le chapiteau pour s’élancer dans une folle nuit de bals !
Le groupe Amus’trad & Cnie a entamé  la soirée avec des musiques, chansons et danses du Poitou et une grande ronde s’est formée pour une danse circassienne dans une ambiance conviviale.  Le groupe Ormuz enchaine à la croisée des chemins entre le Québec et la Bretagne et explique les danses et les pas ce qui, pour une novice comme moi, fut réellement apprécié. Nous terminons cette nuit de bals avec le groupe Grand’Danse Connection Club sur des rythmes modernes mêlant accordéon, hip-hop et vidéo et là le chapiteau est déchainé et s’est transformé en discothèque géante !

Fin du bal, les feux du chapiteau s’éteignent mais ceux des flambeaux prennent le relais pour nous guider dans la nuit jusqu’au continent tout simplement magique !!! C’est sûr, je reviendrai à Tatihou, parole de bretonne ! PicMonkey Collage

***

Ophélie > Ablaye Cissoko et de Ny Malagasy Orkestra, dimanche 10 août sur l’île

Pour ma part, c’est également une première et c’est – non sans une certaine excitation – que j’attendais le moment de chausser mes bottes pour partir à la conquête de cette île que j’adore. La traversée s’effectue dans la bonne humeur et tout au long de la balade on profite des paysages magnifiques qui s’offrent à nous : parcs à huîtres, la Tour Vauban, Saint-Vaast-La-Hougue… Bref, le décor est remarquable ! Une fois sur l’île direction l’immense chapiteau où le spectacle commence.

La premier concert est sublime. Ablaye Cissoko manie à la perfection un instrument très étonnant, le kora, dont les tonalités se rapprochent de la harpe. Sa voix est d’une pureté incroyable (ce qui m’a valu quelques frissons). C’est, non sans un touche d’humour, qu’il nous ouvre les portes de sa culture sénégalaise… avec en toile de fond un somptueux mélange de percussion, flûte et contrebasse.

C’est maintenant l’heure du 2ème concert, « Ny Malagasy Orkestra »… et là, changement d’ambiance. Une dizaine d’artistes malgaches entrent sur scène pour un spectacle haut en couleurs ! Des instruments plus étranges les uns que les autres, de la danse et des chansons aux rythmes endiablés ont enflammé la salle.

La journée se termine et les festivaliers reprennent le chemin du continent. Je suis ravie de cette journée riche en découvertes… il n’y a pas de doute, l’an prochain je reviendrai !

5

***

Pauline > « The Rapparees », lundi 11 août à Saint-Vaast-la-Hougue

Nous sommes le lundi 11 août, il est 19h30, et nous voilà parties, ma maman et moi, sur la route du Festival des Musiques du Large à Tatihou, voir le groupe irlandais The Rapparees.
Sur le littoral, le ciel s’est délesté des quelques nuages qui nous faisaient de l’ombre dans les terres. La vue sur l’île, au loin, est comme d’habitude : magique. Arrivées à 20h30 à Saint-Vaast-la-Hougue, nous-nous garons facilement et marchons en direction du village du festival. « Boudiou » (il faut bien que mes racines ressortent de temps à autre) !C’est qu’il y en a du monde pour voir le concert de ce soir : tout le site (superbement décoré par des structures en palettes et des objets de récupération de toutes sortes, qui donne une ambiance très bohème) est envahi par la foule.

Nous rentrons rapidement dans le chapiteau et nous installons pas trop loin de la scène et de l’allée de passage pour bouger sur les rythmes folk tant attendus ce soir. Et du rythme, il y en a eu ! The Rapparees, c’est une joyeuse bande de 5 gars venus tout droit de Belfast, qui se sont rencontrés sur les bancs de l’école. Violon, guitare électro-accoustique, banjo et l’incontournable bodhràn (sorte de grand tambourin et instrument typique des musiques irlandaises), tout est réuni pour faire bouger le public dans une ambiance très « pub » (ne manque plus que la Guiness 😉 ). Le chanteur principal a une voix juste… spectaculaire. Les musiciens ont tous la patate et maîtrisent parfaitement leurs instruments (et le sens de la fête !). Le seul « hic » ? Ne pas parler « l’irlandais » et donc, ne pas pouvoir le comprendre… Il y a à priori quelques tentatives de blagues et d’échange avec le public, mais, je ne parviens vraiment pas à tout saisir. C’est qu’ils ont un de ces accents les gars ! Mais la musique dépasse toutes les frontières linguistiques, c’est bien connu, il suffit juste de se laisser porter par les mélodies, plus entrainantes les unes que les autres, de taper du pied et frapper des mains !

Après 3 rappels (un triomphe j’vous dis !), le groupe s’éclipse pour une dédicace de leurs 3 albums. Pour nous, il est grand temps de… manger ! À 22h45, il fait faim. Alors, hop, ni une ni deux, c’est l’Auberge Paysanne qui régale cette année au festival sous la tente « cantine ». Nous nous décidons pour une barquette « Terre », bien garnie de produits locaux, bio et de saison (pommes de terre nouvelles, pomme de terre vitelotte, petit salé, courgette râpée et faisselle salée à la ciboulette). Après cela, nous sommes repues ! Au moment de quitter notre table, le groupe The Rapparees s’installe à son tour pour dîner. Ce festival est vraiment convivial ! J’aime. Il est déjà l’heure de rentrer… « Festival des Musiques du Large », on te dit certainement à l’année prochaine. Tu ne nous a pas déçues !

66

 

*** Pauline, Anne-Françoise et Ophélie ! ***

©Anne-Françoise, Ophélie, Pauline et Le festival des Traversées Tatihou

Revivez le festival en images !

1 commentaire

Laisser un commentaire

Suivre

S’abonner à “C'est beau la Manche”