La manufacture des parapluies de Cherbourg, So chic !

Récemment je suis allée à Cherbourg, à mon plus grand regret je connais peu cette ville. On dit souvent que l’on ne passe pas à Cherbourg, on y va. C’était mon cas cette journée-là. Arrivée à l’heure du déjeuner et sous l’avis d’un collègue de travail, je me suis attablée au restaurant Le Vauban, situé le long des quais du port cherbourgeois. Décor soigné, accueil attentionné, et mets savoureux. La vue sur les bateaux et le port me décide à commander la lotte, mousseline de panais, huile de chorizo et petits légumes. Je dois vous avouer que mes papilles s’en souviennent encore… Délicieux, parfait, je recommande vivement ! Je termine mon repas par un café gourmand sans grande surprise, mais plaisant. Retour en images…

PicMonkey Collage9
À quelques pas de là, en longeant les quais, je pousse les portes de l’ancienne Banque de France non pas pour y effectuer une opération bancaire mais pour…y découvrir des parapluies !

PicMonkey Collage8

Et pas n’importe quels parapluies, le Véritable Cherbourg s’il-vous-plaît ! C’est en 1986, 20 ans après le succès du film de Jacques Demy « Les Parapluies de Cherbourg » mettant en scène la sublime Catherine Deneuve, que Jean-Pierre Yvon créa sa manufacture de parapluies tout d’abord basée à Tourlaville. Depuis l’été dernier, celle-ci occupe ce bâtiment historique, et tout simplement magnifique, véritable écrin pour ces modèles haut-de-gamme. Le maître-mot ici est l’élégance, le raffinement. Il faut savoir que l’entreprise manchoise a noué des partenariats avec de grandes maisons de la mode et du luxe à l’international en faisant le pari d’un produit innovant, de qualité et « made in France ». La vendeuse me présente les nombreux modèles que sont « Le Ville« , « Le Pliant« , « L’Antibourrasque« , « Le Sport Auto« , « Le Milady« , « Le Milord » et « Le Golf« . Pour ma part, je pencherais  pour « L’Antibourrasque » rose fuchsia, de quoi égayer une journée pluvieuse.

PicMonkey Collage7PicMonkey Collage6PicMonkey Collage5

Depuis une large vitre on peut découvrir l’atelier où sont confectionnés à la main, un à un les parapluies, grâce au savoir-faire des couturières. Moi-même couturière en herbe, j’ai adoré ce concept. Malheureusement pour moi, point de couturières cette journée-là mais on parvient tout à fait à imaginer le bruit des machines et le travail minutieux des employées. À l’étage,  se succèdent une salle de projection, un Musée du Parapluie, un salon de thé avec terrasse afin de recevoir des groupes de visiteurs (visite libre 5 €/ad, 3 €/enfant de 6 à 18 ans et gratuit pour les moins de 5 ans) ou encore des séminaires.

PicMonkey Collage4PicMonkey Collage3

 

Je ne repartirai pas munie d’un Véritable Parapluie de Cherbourg malgré le temps menaçant à l’extérieur… Il faut en effet compter à partir de 135 € pour le modèle « Le Ville » (hors sac fourreau assorti), les prix s’envolent selon les modèles, les accessoires, les matériaux. À savoir que l’on peut broder ses initiales avec un supplément. Un beau cadeau à noter sur ma liste du Père Noël 😉 !

 

☂ Héloïse, Fan de la Manche ☂

Laisser un commentaire

Suivre

S’abonner à “C'est beau la Manche”